Nature en Seine St Denis (93)

Ces espèces sont devenues rares ou sont symboliques de la nature de Seine St Denis. Alors même si elles ne sont pas toutes protégées, respectez les pour que les générations futures profitent aussi de leur présence à quelques kilométres de Paris.
Alisier de Fontainebleau L'Alisier de Fontainebleau 
(Sorbus latifolia) 

Arbre de la famille des rosacées apparenté au Sorbier mais à feuilles simples à lobes aigus, dentées, velues dessous. 
Classiquement localisée à Fontainebleau. Cette espèce héliophile existe aussi dans les carrières de Gypse, les coteaux boisées thermophiles et certains massif boisés de l'Est Parisien. 

ESPECE PROTEGEE 


La Mante religieuse 
(Mantis religiosa) 
Grand insecte prédateur chassant les papilons, criquets et autres insectes des prairies, friches et broussailles thermophiles. 
Espèce méridionale devenant plus rare au Nord de la France elle y exige des milieux riche en insectes pour satisfaire son apétit. 
Les oeufs réunis dans une oothèque (paquet parcheminé) passent l'hiver, et sont parfois plus facile à trouver que l'insecte adulte qui se complait à se camoufler dans son milieu. 
Ce mimétisme est tel que parfois la mante attend ses proies (papillons) immobile sur la tige d'une fleur et que ses futures victimes se posent sur elle
ESPECE PROTEGEE 
Mante religieuse 

Argioppe 
L'Argioppe fasciée 
(Argioppe bruennichi) 

Une très belle espèce d'araignée méridionale, dont les toiles sont acrochées aux herbes des prairies sèches et friches thermophiles. 
Elle chasse les sauterelles et autres insectes prairiaux. Un peu moins frileuse que la Mante, elle atteint la Belgique. Chez cette espèce aussi le mâle est bien plus petit et succombe souvent à la femelle sitôt après l'accouplement. 
Espèce devenue rare aux alentours de Paris par l'articialisation des prairies 
(gazon sans sauterelles) et disparaissant trop souvent sous la tondeuse. 
Quelques dizaines de m2 d'herbes folles, non tondues, peuvent permettre à cette belle espèce de se reproduire dans les jardins. 
Pensez-y lors des tontes ! 

ESPECE RARE 

Triton ponctué 
(Triturus vulgaris) 

Ce petit amphibien (10-12cm) de la famille des salamandridés fréquente les mares et fossés au printemps pour se reproduire. Les mâles au ventre orange à gros pois noirs présentent alors une crête et des festons aux pattes arrières. Cela leur sert à séduire les femelles lors de parades aquatiques compliquées. Espèces se raréfiant à très grande vitesse lors des deux dernières décennies par la disparition des mares, points d'eaux et orniéres.Si vous avez des tritons dans votre bassin de jardin : n'y mettez pas de poissonset sutout ne le videz pas lors de la période de reproduction (février-juillet). 

ESPECE PROTEGEE 
Triton ponctue 

Faucon crecerelle 
Faucon crécerelle 
(Falco tinnuculus) 

C'est le rapace le plus fréquent et un des plus petit. Devenue célébre, car il niche à Notre-Dame et dans Paris (environ 20 couples). 
Chasse dans les milieux ouverts et niche surtout sur les grand arbres et pylones haute tension en banlieue, sur les vieux monuments à Paris. 
Prédateurs des souris,mulots et campagnols mais aussi des moineaux en Région Parisienne. 
Les sites de nidification méritent d'être respectés dans leur quiétude. 

ESPECE PROTEGEE 

Lezard des murailles 
(Lacerta muralis) 

Normalement c'est le plus commun des lezards de France mais dans l'agglomération parisienne il est rare. Certains prétendent que c'est les chats qui les tuent ou les insecticides ou le manque de proies telles que les fourmis. Quoiqu'ils en soit il est très rare de trouver une population prospére de lezards en Seine St Denis. Les lezards recherchent des endroits peu fréquentés tels que talus de chemin de fer, carrières, pierriers et vieux murs abandonnés. 
Ces sites méritent d'être preservés des travaux trop importants de réhabiltation. 

ESPECE PROTEGEE 
Lezard des murailles 

Trichee + Eglantier 
Trichée 
(Trichius fasciatus) 

Cette insecte coléoptere apprécie le pollen des roses,églantiers, marguerites. Sa larve vit dans l'humus et le bois pourri. 
C'était jadis une espèce réguliére dans les jardins qui est devenue rare avec l'artificialisation des bois devenues des parc publics trop bien entretenus et les traitements chimiques des jardins. 
Espèce symbole de la dégradation globale des milieux semi-naturels tels que jardins,vergers 

ESPECE DEVENUE RARE 

L'Orvet 
(Anguis fragilis) 

L'orvet n'est pas un serpent mais un saurien comme les lezards. 
Innofensif et craintif, il est souvent tué par peur et sottise. 
Comme le hérisson il se nourrit de vers, limaces, escargots et souffre du nettoyage des sous-bois qui le prive d'abris (lierre, souches, feuilles mortes). 

ESPECE PROTEGEE 
Orvet 

Grenouille agile 
La Grenouille agile 
(Rana arvalis) 

Ressemble beaucoup à la grenouille rousse, mais elle vit dans des milieux plus naturels comme les forêts. 
Elle s'en distingue par une taille plus faible, un motif différent au niveau du tympan. 
C'est une espèce menacée par l' anthropisation des espaces verts qui transforme les forêts en parcs publics urbains et aménagés. 

ESPECE PROTEGEE 

le Renard 
(Vulpes vulpes) 

Maintenant que les renards sont vaccinés contre la rage,avec des appats spéciaux, ils redeviennent nombreux en banlieue. 
Ils apprécient les reliefs accidentés comme les talus de chemin de fer, carrières et décharges pour y creuser leur terriers et y chasser rats et lapins. 
Très discrets, ils passent facilement inaperçus aux promeneurs. 

On peut se désoler qu'un animal aussi sympathique soit classé dans les nuisibles.

Renard 

Argus bleu-nacre 
Argus bleu-nacré 
(Lysandra coridon) 

Les argus sont des petits papillons bleu vifs des prairies sèches et de montagnes. la femelle de cette espèce est brune (photo). La chenille se nourrit de légumineuses comme la bugrane et le lotier. 
La disparition des argus est liée à celle de la flore des pelouses sèches, sableuses ou marneuses, remplacées par des gazons entretenus et amendés aussi bien dans les espaces verts que le long des routes. 
Quoique nombreux dans les sites non entretenus comme les carrières les argus ont disparus de beaucoup d'endroits 

ESPECE DEVENUE RARE 


© Alain Thellier, Paris, France, 20 Décembre 1997 - (MAJ Décembre 1999)
(Reproduction interdite sans autorisation)